vlcsnap-00036

Alors que les années 70, sous le pavillon noir de New World Pictures, virent Roger Corman produire une flopée de films essentiellement tournés vers l’action (explosion des sous genres oblige), les 80’s, depuis le succès planétaire d’Alien, mirent à contribution le portefeuille du réalisateur de La Chute De La Maison Usher, dans la mise en chantier de films marqué par l’influence de celui de Ridley Scott.
Tourné un après La Galaxie De La Terreur, le proto-Aliens de Bruce Clark (et… James Cameron), Forbidden World, considéré comme une vraie-fausse suite au film de Clark (opinion en réalité fondée sur la similitude de leurs affiches respectives, et par le recyclage d’une certaine partie des décors de La Galaxie De La Terreur), et réalisé par l’obscur Allan Holzman, racontait l’histoire d’un barbouze de l’espace, Mike Colby (Jesse Vint, l’équipier piégé par Bruce Dern dans Silent Running), et de son assistante-robot, SAM-104 (sorte d’Armanoïde de l’anime Cobra), déroutés sur la planète Xarbia afin d’y éliminer une expérience scientifique ayant mal tourné, le « sujet 20 ».
Mais sur place, les artisans du désastre l’entendent d’une autre oreille, et tandis le débat s’engage sur le bien fondé de préserver une expérience destinée à vaincre la famine galactique, le « sujet 20 » s’échappe de son incubateur et mute en une horrible créature…

vlcsnap-00067

Si le prétexte scientifique de l’histoire écrite par Jim Winorski et RJ Robertson (les deux hommes à l’origine du remake de Not Of This Earth) et les mécanismes de récit (huis clos, danger surgissant de nulle-part) classait invariablement Forbidden World dans la catégorie des Alien-like, l’abomination métamorphe du « sujet 20 », l’approche de l’horreur et de la contamination de l’autre, le rapprochait inévitablement à un chef d’œuvre du genre : The Thing.
Dans cette façon qu’avait le film de dégager l’obsession de l’organique, on comptera également les nombreuses allusions sexuelles illustrées par l’inconnue dimension du « sujet 20 », de sa semence son liquide gélatineux projeté sur la caméra ou sur une grille d’aération, lorsque s’effeuillait la sublime Dawn Dunlap (affolante brune vue dans le Z et sexy Barbarian Queen), à sa tentacule pénétrant du vagin jusqu’au cou, June Chadwick (la sulfureuse blonde reptilienne de la série V).
Il faut dire qu’on ne serait à moins être excité par ce croisement entre Jodie Foster et Jill Kelly, dont le postérieur ferait rougir un ministre des finances.

vlcsnap-00039

Mais ce n’était pas tant le privilège du sexe -allusif ou non- qui rendait Forbidden World hautement recommandable, mais l’emploi d’Allan Holzman à transformer un fil conducteur du plomb à l’argent, grâce à une réalisation surpassant le cadre artificiel des lieux où se déroulait l’action, une photogénie certaine (joli boulot sur l’éclairage) et des cadrages souvent bien sentis.
Holzman faisant montre d’une belle énergie dans la mise en scène et, même lorsque certaines séquences étaient abîmées par la qualité des effets spéciaux, (comme dans le combat spatial du prologue) il y’avait toujours un truc dans le montage, un choix d’axe dans la prise de vue, pour dynamiter l’ensemble et plus que jamais déplacer un adage bien de chez nous pour l’Amérique : « Chez Corman, on a pas de pétrole, mais on a des idées ».

vlcsnap-00058

Une très bonne B donc, emmené par une musique bien chelou, deux actrices sexys, des cris, un final gore, un monstre qui semblait tout droit sorti de La Petite Boutique Des Horreurs, des vaisseaux spatiaux qui tiraient des lasers qui faisaient « piou-piou », des personnages aussi sympas que leurs acteurs… bref le bonheur emballé en 80 minutes.

vlcsnap-00041

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s