TFP-229003

Ca ne surprendra personne, la SF des seventies se sera montrée soucieuse d’afficher avec un effroyable réalisme la représentation des peurs quotidiennes de la société d’alors.
En plein cinéma du complot, le genre n’y allait plus de ses allégories anti-coco mais évoquait au présent l’inquiétude profonde de nos contemporains qui entonnaient, chaque jour, toujours un peu plus ce refrain : « Le futur que nous réserve t-il ? » *.
Et réalisé par un petit nouveau dans le monde du cinéma mais par un grand monsieur de la TV US ( Des Agents Très Spéciaux, Les Envahisseurs,
Le Fugitif), The Forbin Project se posait dans le genre, en projetant la hantise d’une technologie déréglée et menaçante pour le genre humain.

vlcsnap-00054

Charles Forbin, c’est un mec super intelligent. Un scientifique au look de dandy, créateur pour le compte du gouvernement US d’un (forcément) super ordinateur en charge de la défense du pays, répondant au doux nom de Colossus. Problème, les Russes jamais en reste pour reluquer sur la copie du voisin ont également ajouté leur pierre à l’édifice technologique, en mettant sur pied Guardian. Et manifestement entre Colossus et Guardian ça colle direct, les 2 monstres de puissance informatique communiquant entre elles pour foutre le boxon dans le monde.
La révolte des machines est en marche, leur ambition ? Asservir la race humaine…

vlcsnap-00044

Comme un paquet d’autres œuvres de SF, il aura fallu du temps pour que The Forbin Project ne soit considéré à sa juste valeur et n’acquiert donc ses galons mérités de film-clé du genre. Et à bien y regarder, avec un pitch qui n’était pas des plus alléchants en terme de spectaculaire, des effets (très) spéciaux aux abonnés absents et aucune tête d’affiche, le spectateur n’avait il pas eu raison de ne pas en prendre pour un dollar ? Non. Car En la personne de Joseph Sargent, le générique de The Forbin Project avait pourtant clairement affiché ses intentions, et les producteurs leur idée de génie en ayant enrôlé ce routier de la TV US en tant que réalisateur.
Habitué de la narration télévisuelle, Sargent ne se formalisait pas des moyens visiblement réduits de son film (mais vous jugerez sur pièce), pour au contraire articuler avec brio à partir de son lieu commun, une éprouvante progression dramatique à la manière des plus grands thrillers politiques. Je n’y vais certes pas de main morte avec les qualificatifs mais, la mise en scène réaliste de Sargent comme ses intentions jusqu’au-boutiste, figeait d’effroi le spectateur dès la 45è minute.

vlcsnap-00049

S’il l’on peut regretter que la pression ne retombe comme un soufflet lors de l’intermède qui verra Forbin confiné dans son appartement sous la menace de Colossus (avec en prime une romance dont une scène vous rappellera sans doute… Austin Powers !), il en ressortira que ces quelques minutes anticiperont avec une lucidité implacable la paranoïa découlant de Big Brother. Car même dans ses moments les moins réussis (et en vérité, il n’y en a qu’un seul), The Forbin Project affichait les craintes incoercible de la conscience collective, au seuil d’une nouvelle ère technologique.
Impressionnant de noirceur, le final du film contrastait avec la satisfaction arrogante de Forbin au début du film : impuissant face à l’ambition de sa création, ce dernier cédait jusqu’à en plier définitivement la tête

Le soulèvement des machines sur les écrans de cinéma, c’est en 1970 qu’il a eu lieu.

*Et de Mondwest à The Forbin Project, James Cameron n’aura donc pas négligé la thématique de la SF des 70’s pour assembler les pièces de son Terminator

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s