We Were Strangers – John Huston (1949)

Publié: février dans Biopic, Drame
Tags:, , , , , , , , , ,

WWS-3850

Réalisé par John Huston en 1949, l’action de We Were Strangers se déroulait dans le Cuba des années 30 sous le régime dictatorial du Presidente Machado, qu’un groupe d’opposants emmené par un Américain (génial John Garfield) aux motivations pour le moins nébuleuses, allait tenter de renverser en projetant de commettre un attentat contre ses hauts-fonctionnaires.

WWS-13907

Autant prévenir d’emblée, We Were Strangers n’est pas l’un des meilleurs John Huston qu’il m’ait été donné de voir mais -et c’est un gros fan du bonhomme qui parle- bien son film le plus surprenant compte tenu du peu d’ambiguïté que dégage son propos, et donc in fine, de la plus controversée de ses réalisations.
Tourné en plein maccarthysme, John Huston adaptait un épisode du roman de Robert Sylvester, « Rough Sketch », pour en tirer toute la veine subversive et dénoncer avec férocité les agissements du HUAC (la commission en charge d’enquêter sur les supposés activité anti-Américaines) et du MPAA.
On supposera qu’à ce sujet, John Huston réglait en surface ses comptes avec la Warner (dont un des frères, Jack, était un farouche partisan du maccarthysme), cette dernière ayant rompu son contrat à l’issue de sa dernière réalisation, Key Largo*.
Taxé de film pro-communiste, John Huston ne prenait à l’évidence pas innocemment le background politique du Cuba des années 30 pour véhiculer son ressentiment quant aux troubles secouant sur ses bases toute l’industrie Hollywoodienne, comme il n’était pas non plus anodin que le protagoniste à l’idée d’une attaque terroriste contre le pouvoir Cubain, était de nationalité Américaine.

WWS-12358

Film de son auteur oblige, We Were Strangers mettait en scène une galerie de personnages obsédés par la crainte de l’échec et s’attaquait à l’individualisme d’un homme (John Garfield) qui ambitionnait à passer du statut d’anonyme à celui de héros. Formidable appel à la révolte contre toutes les formes d’oppression possibles, le film était en plus techniquement superbe dans ce noir et blanc à l’éclatante expressivité et, si dans un style très Hustonien, certaines scènes étaient livrées à leur désinvolture, We Were Strangers demeurait impeccable dans sa réalisation, plastiquement réussie donc, et haletant de bout en bout.

WWS-10393

« (…) pas l’un des meilleurs John Huston qu’il m’ait été donné de voir (…) », aurais-je écrit ?
Imaginez un peu les plus incontournables…

*A la suite de cet épisode, We Were Strangers fut le 1er film produit par Horizon Pictures, fruit de la collaboration entre John Huston et le producteur heureux de Lawrence D’Arabie et Le Pont De La Rivière Kwaï, Sam Spiegel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s